Serge Paugam
 

Séminaires de direction d'études (EHESS)


http://www.ehess.fr/fr/enseignement

Sociologie des inégalités et des ruptures sociales

Serge Paugam, directeur d'études

Compte-rendu 2013-2014 :

Les régimes d'attachement


lire le programme | version imprimable
La typologie des liens sociaux (lien de filiation, lien de participation élective, lien de participation organique, lien de citoyenneté) permet d’étudier ce qui attache les individus entre eux et à la société dans son ensemble. Mais elle permet aussi d’analyser comment les liens sociaux sont entrecroisés de façon normative dans chaque société et comment à partir de cet entrecroisement spécifique se produit la régulation de la vie sociale. Cette distinction recoupe, au moins partiellement, la distinction qu’opérait Durkheim entre les deux concepts d’intégration et de régulation. Le premier renvoie à l’intégration des individus à la société, le second à l’intégration de la société. L’intégration à la société est assurée par les liens sociaux que les individus s’efforcent de construire au cours de leur socialisation en se conformant aux normes sociales en vigueur, et la régulation procède de l’entrecroisement normatif de ces liens sociaux qui permet l’intégration de la société dans son ensemble. En partant de ce cadre analytique, le séminaire a tenté de clarifier la notion de régime d’attachement. C’est dans le sens de la régulation sociale globale que l’on peut parler de régime d’attachement. Il s’agit en quelque sorte de la tessiture de la société. Un régime d’attachement a pour fonction de produire une cohérence normative globale afin de permettre aux individus et aux groupes de faire société, au-delà de leurs différenciations et de leurs éventuelles rivalités. Définir le type de régime d’attachement qui convient pour telle ou telle société revient à rechercher, dans les différentes strates de son histoire et les racines anthropologiques de son développement, ce qui a constitué sa tessiture spécifique.
Autrement dit, l’enjeu consiste à passer d’une typologie des liens sociaux (au sens de l’attachement des individus à des groupes) à une typologie des régimes d’attachement (au sens de la régulation normative des liens sociaux dans les sociétés modernes). Il est nécessaire d’introduire ici une précision analytique importante. Dans chaque régime d’attachement, les quatre types de liens peuvent avoir une fonction d’intégration et/ou une fonction de régulation. Un lien intégrateur est un lien qui attache l’individu aux groupes alors qu’un lien régulateur a une fonction supplémentaire de tessiture, qui consiste à produire un ensemble de règles et de normes susceptibles de se traduire par une extension de son influence aux autres liens du régime, jusqu’à infléchir leur conception normative initiale. Il génère des valeurs et des principes d’éducation morale susceptibles de se répandre dans l’ensemble de la société.
À partir de cette définition préliminaire, quatre types de régimes d’attachement ont été définis : le régime familialiste, le régime volontariste, le régime organiciste et le régime universaliste. Le régime familialiste a pour caractéristique principale d’être régulé par le lien de filiation, les autres liens de participation élective, de participation organique et de citoyenneté assurant une fonction d’intégration. Le régime volontariste est régulé par le lien de participation élective, les autres liens de filiation, de participation organique et de citoyenneté étant essentiellement intégrateurs. Le régime organiciste repose sur la régulation du lien de participation organique, lequel s’entrecroise avec les liens intégrateurs de filiation, de participation élective et de citoyenneté. Enfin, le régime universaliste se régule à partir du lien de citoyenneté et recouvre de son influence les liens intégrateurs de filiation, de participation élective et de participation organique.
Le séminaire a conduit aussi à rechercher les facteurs le plus souvent associés à ces quatre types de régimes. Nous en avons retenu quatre : le niveau de développement économique, le rapport aux inégalités et à la pauvreté, le système de protection sociale et le civisme.
Ce séminaire a bénéficié de deux exposés d’Hilary Silver (Brown University-Providence, invitée par l’École), l’un sur la ségrégation urbaine et le capital social à New York, l’autre sur le traitement des SDF aux États-Unis. Le régime volontariste, avec en miroir le rôle privilégié des associations et des fondations aux États-Unis, a été étudié avec le concours d’Edith Archambault, de Matthieu Hély, de Nicolas Duvoux et de Sophie-Hélène Trigeaux. Le régime familialiste a été approfondi à partir d’une enquête récente sur les effets de la crise dans les pays du Sud de l’Europe, laquelle a permis de souligner le rôle des solidarités familiales dans la prise en charge du chômage et de la pauvreté. Ce thème a également été au cœur de la réflexion de Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky sur l’organisation sociale et familiale des bidonvilles indiens et brésiliens et de Robert Cabanes sur la gestion de la précarité dans les quartiers populaires de São Paulo. Le régime organiciste a été analysé à partir d’une relecture des travaux classiques sur le corporatisme, sur le régime des retraites en France et à partir d’une redéfinition-reformulation, avec l’aide d’André Masson, des différents types d’États providence. Enfin, le régime universaliste a pu être éclairé par l’apport de Yohann Aucante sur la spécificité démocratique et sociale des pays scandinaves et celui de Matti Kortteinen (professeur de sociologie à l’Université d’Helsinki) et de ses deux doctorants Lotta Junnilainen et Teemu Kemppainen. Le séminaire a aussi donné l’occasion de rendre compte de l’avancée de travaux en lien avec le thème du séminaire, menés par des étudiants (ou en collaboration avec eux), notamment ceux de Marion Arnaud, Martin Chevalier, Linda Haapajärvi, Rim Otmani et Hannah Shilling.



Publications :


Autres

- L’intégration inégale. Force, fragilité et rupture des liens sociaux (dir.), Paris Presses Universitaires de France, coll. « Le lien social », 2014.

- « Intégration et inégalités : deux regards sociologiques à conjuguer » in Serge Paugam (dir.) Ibid, p. 1-25.

- « L’épreuve de la disqualification parentale » in Serge Paugam (dir.) Ibid, p. 113-135.

- « Liens sociaux et déclinaisons de l’entre-soi dans les quartiers de classes supérieures » (avec Bruno Cousin), in Serge Paugam (dir.) Ibid, p. 155-171.

- « Les paliers de l’intégration », in Serge Paugam (dir.) Ibid, p. 479-512.

- “O homen socialmente desqualifcado”, in Robert Castel, Luiz Eduardo W. Wanderley, Serge Paugam, Mariangela Belfiore Wanderley, Desigualdade e a Questão Social, São Paulo, Educ, 2013, p. 313-347.

- « Entre compassion et culpabilisation » (rencontre avec Serge Paugam) in Xavier Molénat, L’Individu contemporain. Regards sociologiques, Auxerre, Sciences Humaines Editions, 2014, p. 215-220.

- “Le statut de travailleur assisté : un effet de cycle ? Retour sur la définition simmelienne de la pauvreté » in Daniel Bertaux, Catherine Delcroix et Roland Pfefferkorn (sous la dir. de), Précarités : contraintes et résistances, Paris, L’harmattan, 2014, p. 51-72. 




lire le programme | version imprimable

© 2019 - Serge Paugam - Tous droits réservés - mentions légales